Horn OK Please

Quelques photos d'un livre qui ne sortira probablement jamais...

Horn OK Please

c006



J'ai vu cette inscription un nombre incalculable de fois derrière les camions lors de mes promenades en moto, sur un Enfield Bullet, un engin anachronique, le long des routes, des villages, des quartiers de Mumbai, la ville ou j'ai passé un an et demi, à la recherche de ce pays que j'aime.

 

Aimer l’Inde, ce n’est pas nécessairement une chose facile au premier abord. Il faut faire à la fois preuve de naïveté et de candeur pour s’étonner de ce qui vous entoure, de patience pour supporter la façon dont le temps s’étire sans, il ne semble, n’avoir aucune emprise sur ses habitants. Le passé n’est pas le passé. Il n’est ici qu’une des formes du présent qui l’absorbe et le continue.

 

Il faut également faire preuve de sens critique pour pouvoir remettre en question ses propres systèmes de valeurs, et passer au delà du Maya, l’illusion créé par le monde des apparences, cette sorte de miroir sans tain qui renvoie une image irréelle, et de tenter de percevoir ce qui fait toute la complexité de ce pays.

 

Mais aimer l’Inde, c’est aussi aimer ses habitants et se perdre au milieu de sa foule omniprésente et en perpétuel mouvement.

 

Alors je me suis mêlé à son peuple, un appareil photo a la main, je me suis assis, j’ai échangé des sourires, bu des chaï brulants, voyagé et discuté aux quatre coins avec des indiens de toutes castes, de toutes religions, et j’ai tenté de capturer pendant 1/125e de seconde à chaque fois, la joie ou la résignation, mais surtout la grande dignité des gens de ce gigantesque pays.

 

 

Nicolas

Légende: AS: Assam, GA: Goa, JK: Jammu et Kashmir, MH: Maharashtra



Commentaires

Poster un commentaire